Lutter contre les inégalités en matière d'enseignement

Google.org accorde une subvention mondiale de 50 millions de dollars à des associations innovantes qui interviennent dans le domaine de l'éducation.


En 2000, les Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies ont défini le simple fait de permettre aux élèves d'aller en classe comme l'une des principales difficultés en matière d'éducation. À l'époque, près d'un enfant sur cinq n'allait pas à l'école. Grâce aux actions entreprises, le nombre d'enfants non scolarisés a été réduit de moitié et 90 % des enfants sont à présent scolarisés dans le monde entier.

Trop d'élèves ont encore des difficultés à acquérir les compétences de base. Quelque 130 millions d'enfants dans le monde ne savent toujours pas lire ou additionner et soustraire après quatre ans de scolarité. En Inde, par exemple, près de la moitié des élèves de CM2 ne savent pas lire un texte de niveau CE1, ou ne sont pas capables de résoudre une soustraction à deux chiffres. Au Brésil, un élève sur dix seulement quitte le secondaire en ayant le niveau adapté en mathématiques.

Une multitude de difficultés expliquent ces lacunes en matière d'apprentissage, que l'on observe aux quatre coins du monde : insuffisance des supports adaptés au niveau de lecture ou à la langue maternelle des élèves, manque d'outils nécessaires à la réussite des enseignants et difficultés d'accès à l'école dans les zones de conflit, pour ne citer que quelques exemples.

Chez Google, nous sommes depuis longtemps convaincus que la technologie peut être un formidable levier en matière d'enseignement, qu'il s'agisse d'aider les élèves à accéder à des livres, de permettre aux enseignants de créer des cours ou de donner accès à des salles de classe aux enfants qui ne peuvent pas se rendre à l'école.

Or, lorsqu'elle est appliquée de manière inégale, la technologie ne fait que creuser davantage les inégalités en termes d'accès et d'opportunités. Grâce à Internet, les communautés les plus prospères bénéficient d'un enseignement plus riche. Les enfants qui en sont issus peuvent profiter de vidéos en ligne, de sessions de tutorat interactif et de la réalité virtuelle. Pendant ce temps, le retard s'accentue pour les élèves issus des milieux défavorisés.

La démarche de Google.org en matière d'éducation consiste à identifier les organismes à but non lucratif les plus prometteurs afin de mettre à leur disposition les ressources philanthropiques, les collaborateurs et les produits dont ils ont besoin pour combler les inégalités.

Actions philanthropiques de Google

En 2016, Google.org a lancé une nouvelle initiative visant à verser 50 millions de dollars à des organisations ayant recours à la technologie pour résoudre les aspects les plus épineux de ce problème de manière évolutive.

En matière de résolution des problèmes, Google n'a jamais opté pour la voie conventionnelle. C'est aussi l'approche choisie par Google.org.

Lorsque nous décidons de soutenir une organisation, notre engagement ne se limite pas au financement. Nous accueillons dans l'entreprise les bénéficiaires de nos subventions et leur présentons nos meilleurs porteurs d'idées. Nos ingénieurs mettent bénévolement leurs compétences et leur temps au service de nos bénéficiaires pour les aider à optimiser leurs solutions, et Google leur fournit les produits et outils qui permettront la mise en œuvre de ces solutions à grande échelle. Nous avons également à cœur de toujours partager les enseignements que nous tirons avec les autres acteurs impliqués dans ce secteur d'activité. Nous sommes convaincus que les solutions technologiques permettant d'apporter une aide doivent être accessibles à tous.

Notre objectif n'est pas de favoriser des projets ponctuels, mais de permettre leur mise en œuvre à grande échelle.

Jacquelline Fuller, Directrice de Google.org

Nos bourses d'études se concentreront sur trois objectifs pouvant être atteints grâce à la technologie : permettre à davantage d'étudiants d'accéder à des supports d'apprentissage de qualité, soutenir le développement des enseignants et aider les élèves habitant dans les zones de conflit.

1. Fournir le bon équipement aux enfants

Dans le monde entier, des enfants issus de communautés défavorisées doivent apprendre dans des environnements où les ressources font cruellement défaut. Les livres sont en nombre limité, les textes sont obsolètes, et les outils sont inadaptés ou n'existent pas dans la langue maternelle des élèves. La technologie permet de contourner les barrières géographiques et les obstacles financiers qui empêchent les enfants d'accéder à l'enseignement, tout en rendant celui-ci plus attractif, interactif et efficace.

L'un de nos premiers bénéficiaires dans ce domaine, Learning Equality, développe un logiciel Open Source gratuit offrant des contenus en ligne, y compris des livres, des didacticiels vidéo et des quiz, aux 4,3 milliards de personnes qui ne disposent pas d'une connexion régulière à Internet. Sa nouvelle plate-forme, Kolibri, fonctionne sur de nombreux appareils, allant des ordinateurs de bureau reconditionnés aux disques durs standards. Elle permet aux éducateurs d'accéder à des contenus numériques, de les organiser et de les personnaliser, même dans les villes les plus isolées. Jusqu'à présent, 7 000 vidéos et 26 000 exercices interactifs hors connexion ont été mis à la disposition d'élèves de près de 160 pays.

Grâce à notre financement et à l'assistance technique fournie par les bénévoles de Google, Learning Equality pourra créer une bibliothèque de contenus plus importante et étendre sa portée à des centaines de milliers de nouveaux élèves. Cet été, les ingénieurs et experts produit de Google se portent volontaires pour passer quatre semaines aux côtés de l'équipe produit de Learning Equality à œuvrer dans des domaines tels que l'expérience/l'interface utilisateur, l'intégration de contenu et la technologie de compression vidéo.

2. Permettre aux enseignants de se former, de se remettre à niveau et de s'impliquer

Rien de tel qu'un bon professeur pour réussir ses études. Mais dans de nombreux pays, ils ne sont pas assez nombreux. D'ici 2030, rien qu'en Inde, 3 millions de nouveaux enseignants du primaire seront nécessaires pour suivre l'augmentation du nombre d'élèves.

Mais la qualité de l'enseignement est bien plus qu'une question de chiffres. Trop souvent, les enseignants sont confrontés à de nombreux problèmes : classes surchargées, formation déficitaire, isolement et programmes rigides qui ne laissent aucune place à la créativité.

Le métier d'enseignant est un métier solitaire, où l'on se retrouve seul face à sa classe. Il existe certes une vaste communauté d'enseignants, malheureusement difficile d'accès.

Abhinav Mathur, ingénieur et co-fondateur de Million Sparks Foundation

La technologie peut faciliter la vie. Google.org aide les responsables locaux à investir dans des outils numériques qui permettent aux enseignants de se former, mais aussi d'utiliser des modules qui aident leurs élèves à prendre de l'assurance et favorisent la créativité en classe. Le premier de ces dons sera versé au profit de ChalkLit, la plate-forme applicative de Million Sparks Foundation qui conjugue à la fois l'accès à des contenus condensés conformes aux programmes scolaires, et à une communauté en ligne soutenant les enseignants de haut niveau et favorisant un enseignement de qualité. Les ingénieurs Google qui donnent de leur temps et partagent leur expertise conseilleront l'équipe de Million Sparks sur la manière d'optimiser l'application ChalkLit afin de l'utiliser dans les environnements à faible bande passante et hors connexion.

3. Faciliter l'apprentissage des élèves en situation de crise

Même si les taux de scolarisation n'ont jamais été aussi élevés, les enfants en âge scolaire au primaire sont encore 32 millions à ne pas avoir accès à des salles de classe traditionnelles en raison de conflits violents et de mouvements migratoires. Un enseignement primaire de qualité est particulièrement important pour les enfants qui, en vivant dans des camps ou d'autres lieux difficiles d'accès, sont particulièrement exposés à la pauvreté et à l'exploitation au travail.

Bénéficiaire de Google.org, War Child Holland propose une approche intéressante de ce problème. Basée sur le jeu, sa méthode Can't Wait To Learn lutte contre les risques de retard scolaire des enfants réfugiés en leur proposant une année complète de cours et d'exercices conformes au programme scolaire de leur pays d'accueil.

Les données collectées à partir des premiers déploiements du programme Can't Wait To Learn au Soudan ont mis en évidence les avantages de l'apprentissage par le jeu, à la fois pour les filles et les garçons, et les progrès considérables effectués par les élèves dont le déficit de connaissances était au départ le plus marqué. War Child Holland bénéficie de l'assistance d'experts produit bénévoles de Google qui l'aident à planifier sa feuille de route et à développer son équipe technique afin d'atteindre son objectif : former un million d'élèves au cours des cinq prochaines années.

Lancer, réitérer, mesurer

Les solutions que nous testons ne sont pas totalement abouties et leur performance n'est pas garantie, mais nos initiatives sont mûrement réfléchies et reposent sur le travail d'innovateurs expérimentés. Nous avons de ce fait l'intention de mesurer les progrès accomplis afin de définir l'orientation à suivre, et de partager les résultats pour permettre à tous de bénéficier de ces informations.

Nous vous tiendrons informés de nos résultats et des leçons tirées en cours de route.